Bonjour à vous qui passez par là. Merci de votre visite. Laissez-moi un petit commentaire, ça fait toujours plaisir.

11 févr. 2008

La Joan Baez marocaine






Grâce à Touami Moualek,
écrivain (La Déchirure - Algérie de mon père,
France de mon enfance, Editions Osmondes
),
dont le blog s'intitule aussi "blog à part",
j'ai découvert la chanteuse Saïda Fikri.



C'est au conservatoire de Casablanca que Saïda Fikri a commencé à jouer de la guitare, puis qu'elle l'a enseignée, tout en composant des chansons depuis l'âge de 14 ans. Après avoir chanté, pour un public d'intimes, le répertoire country américain des années 50, notamment les chansons de Dolly Parton, Saïda Fikri enregistre à son tour. Elle connaît un grand succès dans tout le Maghreb et en Europe grâce à son talent mais aussi à ses "textes engagés qui parlent de pardon et d'humanité".

« Saida Fikri, auteur, compositeur et interprète d'origine marocaine, chante contre le racisme, contre l'intolérance, elle chante l'amour et la paix.

Son grand souci a toujour été de créer une chanson d'un genre nouveau. Dans ce sens Saida a créé son propre style.


Saida Fikri a commencé sa carrière professionnelle en 1994 avec la sortie d'un premier album et un grand concert sur la Grand-Place de Bruxelles en Belgique. Des milliers de personnes se sont rasemblées sur la place après une marche contre le racisme et la discrimination. Le concert était organisé par J.O.C.

Aujourd'hui Saida Fikri vit aux Etats-Unis où elle sort un album intitulé One World. Cet album est basé sur des thèmes d'amour et de paix dans le monde. Son huitième album sorti en 2006, Essilm, est enfin sur le marché pour ses fans au Maghreb et en Europe.»




On peut écouter des extraits de ses chansons, ici
et visiter son site officiel.


J'aime beaucoup sa voix
et son idéal de paix et de fraternité.




8 commentaires:

touhami a dit…

Bonjour BAB.

Je suis heureux de t'avoir fait connaitre cette immense et talentueuse chanteuse marocaine : Saïda FIKRI.

Très bonne continuation sur ton blog.

Amicalement,

Touhami Moualek

Madame Yoyo a dit…

Merci de m'avoir fait découvrir cette jolie voix, inconnue pour moi, malgré que j'ahabite Bruxelles et que le Maroc ne m'est pas inconnu

Bête à part a dit…

C'est ce qu'il me semblait Mme Yoyo, tu parlais de l'huile d'argane dans la salade. Il y a peu de gens en Europe qui l'utilisent en cuisine. Es-tu marocaine d'origine ? Ou alors c'est M. Yoyo ?

Moi c'est juste que j'admire beaucoup le Maghreb pour des tas de raisons et j'aime bien parler des choses et des gens sympas qui viennent des autres pays.

Il y a tellement de richesses naturelles, humaines et culturelles partout que je n'aurai pas assez d'une vie pour les découvrir.
A + Mme Yoyo, au plaisir de te lire ici ou sur ton blog.
Bab

Madame Yoyo a dit…

Mr et Mme Yoyo ne sont qu'une seule personne, je peux le dire ici, perdu dans un commentaire. C'est rafraichissant de faire parler un homme et sa dame à travers un blog. Des raisons personelles font aussi que je ne le dévoile pas dans mon espace. Ensuite, je suis un homme, marié et 2 petites boules bien vivantes, une de 2 ans et un de 5. Et pour terminer, je suis bien d'origine marocaine, mais ce n'est pas le principal, et loin d'être honteux. Mme Yoyo, la vraie, est marocaine, fière de l'être et ne participe pas à mes délires sur le net. Voilà, j'espere que tu n'es pas déçue, il n'y a aucune intention de tromperie, juste une séparation entre la vraie vie et celle virtuelle, tout en gardant ses vraies idées, ses vraies gouts. Je finirais par faire cette mise au point sur mon blog, à force de le faire chez certains, mais pas pour l'instant.

Bête à part a dit…

Non non pas déçue du tout. Au contraire je trouve ça assez marrant. Je me doutais qu'il n'y avait peut-être qu'une seule et même personne mais je pensais que c'était Mme Yoyo qui jouait les deux rôles. Je m'étais trompée.
Le virtuel permet ce petit jeu de cache-cache, pourquoi pas ?

Bête à part a dit…

Mme/M. Yoyo a dit : "Et pour terminer, je suis bien d'origine marocaine, mais ce n'est pas le principal, et loin d'être honteux. "

Heureusement ! Pourquoi aurais-tu honte ?? Et je suis bien d'accord : nos origines ne sont pas le principal.

Madame Yoyo a dit…

Je n'ai aucune honte de mes origines, ni du pays où je suis né, ni de ma seconde ou première nationalité, c'est selon. Simplement, c'est très difficile aujourd'hui pour moi, à titre professionel, de parler de mes origines, c'est momentané, cela ne durera pas.

Bête à part a dit…

Dans le cadre professionnel, il est souvent utile de ne pas tout dire. Garder une part de mystère est important dans la vie en général. A chacun de doser la sienne, en fonction des circonstances.