Bonjour à vous qui passez par là. Merci de votre visite. Laissez-moi un petit commentaire, ça fait toujours plaisir.

6 déc. 2008

Médecine virtuelle




Couche-nerf me dit « bonjour » de sa voix neutre et paisible.

Dans sa nouvelle version, son visage ni jeune ni vieux et pas vraiment sexué me surprend encore. Mais il a quelque chose de rassurant.

- Etes-vous prête Daniéle ? Avez-vous réuni les plaquettes-test à votre portée ? Avez-vous branché le bras articulé ? Si vous avez besoin d'aide, cliquez sur le point d'interrogation bleu en bas de l'écran.

- Oui, c'est fait.

- Maintenant vous pouvez fixer un embout stérile et l'introduire dans votre bouche.

- Tirez la langue et faites Aaaah !

Pas à pas, je suis toutes ses indications.

- Merci Danièle. Votre voix semble légèrement différente. La carte-son de votre ordinateur est-elle fiable ? Si oui, il se pourrait que vos cordes vocales recèlent une légère anomalie due probablement aux mucosités que j'aperçois au fond de votre gorge.

- Veuillez placer maintenant le doigt testeur sur la plaquette jaune.

Ah ! Oui, la rouge pour la goutte de sang, la bleue pour la salive, la jaune pour l'urine, la noire pour les matières fécales.

- Très bien ! Avez-vous d'autres symptômes à me communiquer ?


Photo Techno-Science.net



Je n'en ai pas. Je valide la demande d'examen. Pendant les analyses, la Petite musique de nuit sonne agréablement à mes oreilles, entre deux écrans publicitaires pour des produits de confort et d'automédication. Cela va du défibrillateur de poche à la lime à ongles automatique, en passant par les sous-vêtements érectiles. Je me sers un café tout en pensant que j'ai bien fait de m'abonner à ce pack-santé de Virtuelmed.

Initialement mis en place pour les malades transplantés, ce système permettait à l'origine un accès aux informations sur l'état de santé des patients, d'un simple signal envoyé à l'ordinateur central. Il s'est beaucoup amélioré depuis avec le centre de diagnostic total, matérialisé par Couche-Nerf, le couteau suisse de la médecine. Il mesure la température, le pouls, la numération globulaire, le taux de cholestérol, détecte la présence de diabète ou d'anémie. Bref, un check-up en quelques minutes.

Bien sûr, les cabinets médicaux et les pharmacies se sont raréfiées au profit des open-space où pharmaciens et médecins généralistes, devenus des OS de la documentation médicale payés au salaire minimum, y épluchent les publications scientifiques pour alimenter la mémoire centrale de Virtuelmed.

J'aime bien la voix de Couche-Nerf lorsqu'il commente mes résultats et prodigue ses recommandations qui apparaissent aussi à l'écran. Je n'ai plus qu'à choisir, dans la liste qu'il me propose, entre la demande de rendez-vous auprès d'un spécialiste ou établissement de soins recommandés par Virtuelmed, ou bien les conseils d'automédication pour les moins fortunés. Conseils soutenus par l'abondante publicité interactive des laboratoires.

La musique de Mozart s'interrompt pour laisser place à mon ami Couche-Nerf.

Il imite étonnement bien les expressions humaines.

- Merci Danièle d'avoir patienté. Vos résultats s'affichent en bas de l'écran. Vous pouvez les imprimer en cliquant sur l'icône appropriée. Nous avons établi votre ordonnance, simultanément transmise au centre industriel pharmaceutique central qui fabriquera et vous livrera, dans les douze heures, le médicament adapté à votre pathologie, dans son conditionnement personnalisé.

- Cependant, pour affiner le diagnostic, un examen complémentaire paraît nécessaire. Avez-vous un embout rectal à fixer au bras articulé ?


Je reste un instant dubitative, puis je valide la commande d'ordonnance à l'aide de ma carte de crédit. Et je me déconnecte sans dire au-revoir.

Lorsqu'on m'a proposé l'extension d'abonnement aux spécialités de proctologie et de gynécologie, j'ai résilié mon contrat. Je ne suis pas encore prête à me faire sonder le fondement par une machine, et en laisser des traces sur la toile.

- Maman ! J'ai peur de Facebook !




Bip... Bip... Bip... Bip...Biiiiiiiip....


J'ouvre les yeux.
Malgré son masque, je distingue le rire du médecin anesthésiste penché sur moi.

- Tout va bien, Madame, vous êtes en salle de réanimation.


*************


Petit délire anesthésique dédicacé spécialement au Docteur Ebelin, chirurgien à l'hôpital des Peupliers et toute son équipe,
de la part de "la vedette", peintre en bâtiment..



*************


Le robot à visage humain

Imagerie et robotique médicales

Nouveau robot humanoïde aide médicale sur le forum Techno-Science.net

4 commentaires:

Tinky a dit…

Wow !!!
Quel tabac ferais-tu comme auteur de science-fiction, toi !!! Au fait, comment vas-tu ?
A+, Tinky :-)
ps : je n'aime pas Mozart !!!

Bab a dit…

Merci Tinky ! Nous avons bien rigolé, Mick-Sage et moi, en conctant ce petit délire anesthésique. Car c'est une oeuvre collective en duo.

Je vais bien mais un peu fatiguée par deux incursions consécutives, deux jours de suite, dans le métro. Mais ça valait la peine, donc pas de problème, maintenant je me repose.
Bon week-end à toi
P.S. : désolée pour Mozart, j'espère que tu as pu l'arrêter avant de casser ton ordi. Aimez-vous Brahms ? :-))

Tinky a dit…

OK pour Brahms, Bach, Debussy, Ravel... Beethoven et Mahler aussi ou Stravinsky, Mussorgski, Borodine, Prokofiev.... Tout, sauf Mozart !!!
Allez, bises !
Tinky :-)

Bab a dit…

:-))) MDR J'ai pas eu le feeling là ! Hi hi !