Bonjour à vous qui passez par là. Merci de votre visite. Laissez-moi un petit commentaire, ça fait toujours plaisir.

22 oct. 2007

Etres étranges



Le temps que vous lisiez ces lignes,
sept cents millions de fourmis
seront nées sur la planète
..




Il commence à faire trop froid pour les plantes en pot. Il est temps d'en rentrer certaines à l'intérieur. Mais avant, comme elles ont séjourné au jardin tout l'été, et que nous avons eu pas mal de problèmes avec les orthiorynques, j'ai envisagé de stériliser le terreau avant le rempotage. Il suffit pour ça d'une passoire tapissée d'une toile légère, posée au-dessus d'un fait-tout d'eau bouillante pendant dix minutes minimum.



Comme j'occupais la plaque de cuisson à la préparation du repas, Michel a eu l'idée de passer la terre dix minutes au four à micro-ondes. Je trouvais ça un peu curieux comme idée mais je me suis dit qu'à défaut de détruire les microbes, ça cuirait irrémédiablement toute larve indésirable.

Au sortir du four, il verse la terre dans un autre récipient pour qu'elle refroidisse avant utilisation.



Eh bien, devinez ce qui en est sorti sous nos yeux ébahis ?

Des fourmis !


Nous sommes restés sans voix devant une telle vitalité et surtout pleins de questions. Par quel miracle ont-elles survécu à ce traitement de choc ? Vu leur petite taille, nous n'avons pas pu vérifier si elles étaient vraiment indemnes et nous les avons laissées se sauver à toutes pattes vers des horizons plus cléments.


Serons-nous les involontaires responsables d'une prochaine lignée de fourmis mutantes pour leur avoir fait subir ce bombardement intensif ?



Ce sont les fourmis des gazons (Tetramorium Caespitum) longues de 3 à 4 mm qui sont nos voisines au jardin. Tout en évitant l'invasion, nous ne sommes guère ennemis. Il y a de la place pour tout le monde. Mais il reste une énorme interrogation...


D'elles ou nous, qui survivra aux changements climatiques ?

La réponse semble évidente.



************************


Plus que jamais, j'ai envie de relire la trilogie Les Fourmis, le chef-d'oeuvre de Bernard Werber








1 commentaire:

Michel a dit…

C'est pour ça le cri de la fourmi...
La fourmi crauonde ! Pardi !