Bonjour à vous qui passez par là. Merci de votre visite. Laissez-moi un petit commentaire, ça fait toujours plaisir.

6 oct. 2008

La biolitique du Six-Trois





« Attaque contre un éleveur de chèvres [producteur] bio.

Jean-Hugues Bourgeois, paysan dans les Combrailles (Auvergne), déjà victime du massacre de ses chèvres en avril, de l’incendie d’un appenti cet été, ainsi que de lettres de menaces envers sa famille, en plus d’intimidations diverses et variées, a été une nouvelle fois victime d’un acte de malveillance dans la nuit du 3 au 4 octobre avec l’incendie de sa grange.

Nouvellement installé en tant qu’éleveur caprin [et] ovin en circuit court bio, sa présence, apparemment, dérange. »


Voilà ce qu'on peut lire sur le site Bella Ciao. Les médias nationaux (France 3, Le Parisien Aujourd'hui en France, La Montagne, et divers sites comme Indymedia Auvergne) se sont fait l'écho de ces agissements criminels dont l'enquête de gendarmerie n'a pas encore révélé les auteurs.


S'agit-il de chasser un éleveur considéré comme un intrus par les gens installés depuis plus longtemps que lui, ou d'empêcher l'implantation d'un élevage bio ?


Que ce soit de l'un ou l'autre ou des deux, j'ai du mal à comprendre pourquoi les Verts et les syndicats paysans ne montrent aucune solidarité envers J.-H. Bourgeois et sa famille. Soutenir un éleveur bio ne fait-il pas partie de leurs rôles ?


Pourquoi le maire de Teilhet (son village) a-t-il attendu jusqu'à hier pour réagir ? Quels intérêts sont en jeu ? La convoitise est peut-être la raison de cet acharnement ? A moins que son choix de produire bio ne dérange des serviteurs trop zélés de la puissante multinationale auvergnate Limagrain ?


Peut-être ai-je mal cherché mais je n'ai trouvé aucun journal politique ou syndical ayant relayé l'information, et encore moins appelé à la solidarité. Pourquoi ?


«Cet incendie est un élément de plus dans le dossier, mais il reste à prouver ou à démontrer qui a fait quoi et il faut être méfiant», a affirmé le lieutenant-colonel Pascal Palayer, officier de communication à la région de gendarmerie Auvergne, dimanche. «Il faut se méfier quand on évoque des hypothèses criminelles», a-t-il ajouté en répondant au journaliste du Figaro.


Certes, la prudence est de mise. Prudence tellement présente qu'elle n'a pas encore établi la culpabilité de l'assassin d'un berger dans les Alpes-Maritimes en 1991. Berger qui « gênait » les chasseurs. Les « gêneurs » sont vite éliminés dans nos campagnes ! Quant à déterminer qui les a éliminés et pourquoi, « la prudence est de mise » selon la justice...

L'omertà a toujours existé à la campagne, tout se sait mais rien n'est dit.

Cette loi du silence ne doit-elle pas être dénoncée et brisée par ceux qui luttent pour plus de justice, de démocratie, de respect du droit et pour que vive notre agriculture, une agriculture et un élevage durables ?


La biolitique, contraction de biologique et de politique, est-elle soluble dans les statistiques électorales du 6-3 (Puy-de-Dôme) ?



***********

Liens


Le blog de cyberbougnat

Le Post pour
La Montagne

France-Info

Bella Ciao



1 commentaire:

Tinky a dit…

ah, les chèvres !!!

A Neuilh, à côté de Lourdes, il y avait comme ça une espèce de Parisien baba cool qui s'était installé pour faire lui aussi un élevage de chèvres bio... Le souci, c'est que les chèvres bouffaient les écorces des arbres alentour et tout ce qu'elles trouvaient sur leur chemin, tuant les arbres à petit feu, et, surtout, allant paître dans les champs qui n'appartenaient pas au Parisien... Ça a entraîné des années de procédures, tout ça parce que le type refusait de clôturer ses champs... Si ça se trouve, il s'est passé la même chose en auvergne, mais tout de même, ils y sont allés un peu fort...
En fin de compte, le gars s'est rangé à l'opinion générale, et ses chèvres n'errent plus n'importe où.
N'empêche. Qui n'entend qu'une cloche n'entend qu'un son... Et les torts sont peut-être partagés là aussi.
A+ !
Tinky :-)