Bonjour à vous qui passez par là. Merci de votre visite. Laissez-moi un petit commentaire, ça fait toujours plaisir.

22 janv. 2009

Qui trop embrasse


La Petite fabrique d'écriture propose d'écrire un texte qui commence par:
"Nous sommes venus prendre des nouvelles de....".

Voici ce que j'ai imaginé. J'avais en tête les scènes de certains récits dont l'action se situe entre les Karpates et l'Anatolie, au début du 20è siècle, mais il pourrait tout aussi bien se situer ailleurs en Europe, en Chine, ou peut-être en Afrique... et pas forcément dans des temps immémoriaux.





Nous sommes venus prendre des nouvelles du Seigneur, notre potentat vénéré. Comment va sa santé ?


On dit qu'il a épousé une bien jeune pucelle, dans la province voisine. Que d'argent nécessaire pour la noce ! Il nous a envoyé ses émissaires, pour relever l'impôt quelques mois par avance. Pour la gloire de notre seigneur, nous avons tous beaucoup travaillé : les tailleurs, les brodeuses, ainsi que les fleuristes et les cuisiniers. Cantonniers, armuriers, palefreniers ont assuré sa sécurité sur les routes menant à sa promise.


Nous avons tous œuvré sans relâche, sous l'œil attentif de son armée, afin qu'il se présente dans toute sa gloire, et que par aucun manquement il ne soit humilié.



Nous sommes venus prendre des nouvelles de notre seigneur. Première Epouse, dis-nous comment va sa santé ?


On dit que la fête a mal tourné. Il était pourtant heureux de sa si jeune fiancée ! Elle lui a préparé un fin souper, digne d'une vieille expérimentée, a jeté les ingrédients que je lui avais fait porter. Elle a pris son luth et a joué. Alors il s'est mis à danser, danser, sans pouvoir s'arrêter. A la fin de la nuit, il est tombé, à jamais épuisé. Que disent les docteurs ? Ils se contentent répéter en chœur un dicton de là-bas : « Qui trop embrasse mal étreint ».






La Petite fabrique d'écriture

retour en haut de la page

5 commentaires:

Tinky a dit…

Salut, Bab !

Qui trop embrasse mal étreint, certes, mais dans une gare, qui trop embrasse rate le train, en l'occurrence, l'Orient Express, à voir ce petit récit sympa !!!
A bientôt !
Tinky :-)

Bab a dit…

;-)Bah, là c'était mariage express aussi.

Azalaïs a dit…

moi j'avais pensé à des concubines chinoises! Peu importe, j'ai aimé ton texte!

Bab a dit…

Merci Aza :) On peut transposer, ça marcherait quand même.

Anonyme a dit…

qui trop encrasse, mal détiend!tu me feras donc toujours sourire ma chère soeur aux concilliabules énamourés d'antiques histoires aussi belles qu inventées! biz neth